March 21 2012 | Print Print Page
Ma saison 2011 avec Shimano
-Julien Derozier
J’ai commencé ma saison 2011 par un hiver bien français que j’ai volontairement axé sur la pêche des brochets et truites.
L’occasion de me rendre compte que les grands froids n’empêchent absolument pas les carnassiers de mordre au leurre.


Mes 2 moulinets de base sont des Twin Power 2500. J’en réserve un pour les grosses truites avec une bobine garnie de tresse Power Pro en 8 lb et l’autre bobine en Nylon Technium Spinning 20/100. L’autre moulinet est plus axé sur les brochets avec des tresses de 15/100 et 18/100. J’utilise ces moulinets depuis de nombreuses années et je les ai choisis pour plusieurs raisons. D’abord ma pêche reste principalement axée sur des gros poissons et j’ai besoin d’un moulinet de grande qualité. Evidemment avec les fils fins que j’emploie le frein est appelé à servir régulièrement. Parfois de manière brusque, lorsque une belle fario de plusieurs kilos attaque mon leurre dans mes pieds. Et que dire d’un brochet métré qui gobe un Rapala au dernier moment !

Mes Twin Power assurent, pourtant, je ne leur fais pas de cadeau. L’hiver ma régalé avec des brochets de 10 kg et plus ainsi que des sandres bien dodus.


Avec le printemps, c’est la grande traque des grosses farios qui commence. Et là, je dirais que c’est le fil qui a une énorme importance. La Power Pro en 8 lb en est l’exemple parfait. Lorsque les doigts sont gelés, pas question de s’embarrasser d’une perruque ou d’un souci difficilement gérable. Cette tresse a une bonne tenue au lancer, sa couleur discrète me permet de pêcher des eaux souvent très claires. Et surtout je peux lancer loin des leurres bien légers comme un X-Rap de 6 à 8 cm. Parfois je me laisse aller pour l’option Nylon. Ce n’est pas un retour en arrière mais vu l’incroyable résistance du Technium Spinning et de sa fiabilité, il était normal de revenir sur ce type de fil. Le ferrage à retardement que provoque le Nylon est appréciable pour ferrer efficacement une grande fario, comme ce superbe poisson de 80 cm pris en plein courant ! J’aurai la chance d’en prendre 12 de plus de 60 cm et d’en perdre bien peu.


Mars : c’est aussi une virée en Inde, aux Laquedives chez l’ami Yves. Des pêches de rêve et un festival de bagarre pour mes moulinets fétiches le Stella 20000 SW et le Stella 20000 FA. Ce dernier est un des premiers à être sorti en France, il y a de nombreuses années. Il est toujours là, il semble neuf grâce à ses révisions au SAV Shimano et il assure encore ! Je pense qu’il a plusieurs milliers de très gros poissons à son actif. Déjà un millier d’ignobilis dont des monstres et beaucoup de gros tarpons. Il a même plusieurs jolis marlins bleus et des thons jaunes de plusieurs dizaines de kilo. Une belle carte de visite !


L’été : c’est la grande saison des bivouacs en montagne et des marches infernales. Dans le sac à dos, outre la canne à mouche, il y a un lancer et un Twin Power qui a glané en ces occasions un record de dénivelés !
Sur ma bobine de tresse Power Pro je termine le montage par un noeud de raccord et un mètre de Nylon Technium 30/100 pour les grosses farios d’altitude. Je ne dépasserai pas les 3 kg mais mon record de 6,2 kg a tremblé lorsqu’un monstre est venu si près de mes triples…

Juillet : c’est une belle escapade familiale en Norvège avec une semaine aux Lofoten et une autre plus axée sur le saumon. Encore une réussite pour mon Twin Power 2500 et pour mon Stella 5000 plus apte pour contrer les gros saumons atlantiques en plein courant.
Pas question sur des touches si rares de s’équiper à la sauvette.
Le Stella 5000 c’est un géant, je n’oublie pas que je lui ai déjà fait prendre un joli nombre de voilier au large de Saly ! Le frein et la solidité ce sont ses points forts.
Le X-Rap c’est encore distingué avec 2 saumons de 8 kg !



Septembre : c’est un retour au Cap Vert chez mon pote de montagne, Paul Loup. Toujours équipé de mes multiples Shimano Stella, 8000 pour le lancer et 20000 pour le jig. A noter l’incroyable réussite du jig Williamson Abyss et surtout Vortex notamment sur les sessions nocturnes.
Des touches et des cannes courbées quand les copains restent inactifs ! Des sérioles et des carangues au menu mais aussi un grand requin longimanus qui a gobé mon Williamson et la sériole en même temps. De belles séances de jig du bord, avec mes anciennes ondulantes Yann. Les dentis s’en rappellent encore !


Octobre : c’est le vrai test pour les moulinets… Dans l’enfer du cap d’Ambre, au Nord de Madagascar chez mon ami Sébastien et son Green Fishing. Je capture quelques belles ignobilis au stick avec la canne Shimano Kaibutsu Surface Monster.
Il ne faut pas oublier que c’est cette canne qui a pris ma carangue record à Djibouti : 66 kg et j’en profite pour dire que c’est la seule igno vraiment de ce poids qui a été prise et montrée en photo ! Dans la Baie du Courrier ma Kaibutsu maîtrise son lot de beaux poissons. Mais que les moulinets ont souffert… Entre le jig, le lancer, les 12 h en mer quotidiennement pendant un mois et ces requins et thons à dents de chien qui font « fumer » les bobines. Alors non, une bobine ne fume pas au vrai sens du terme, mais j’imagine que les spécialistes du SAV Shimano ne doivent pas toujours rigoler avec mes mécaniques à remettre à neuf. Car l’entretien c’est primordial.

Fin d’année : retour au Gabon, à Sette Cama Safari. Et là grâce à un guidage innovant qui laisse peu de place au sommeil, j’ai pris et fait prendre énormément de poisson. C’est l’occasion pour moi de tester le Shimano Stella 18000. Et quel test puisque je prends avec d’énormes tarpons, des carangues records, des dizaines de gros capitaines sans oublier des carpes de plus de 30 kg.
Mais le fait marquant c’est la course folle que j’ai fait deux fois, pour essayer de maîtriser des tarpons de plus de 100 kg, du bord.


La puissance du courant et les bancs de sable ne m’ont pas aidé. 2 bobines torchées, vidées malgré un frein à 14 kg et une excellent tresse Power Pro 80 lb.
Deux échecs pour le pêcheur mais deux actions références pour la superbe mécanique de ce Stella 18000. Pour ne pas en rester là, je me fais également vider 2 bobines de Stella 8000, sur quoi ? Des tarpons monstres !!!


2012 démarre en beauté avec un autre voyage au Gabon et tellement de grosses carpes rouges notamment sur le Jet Popper Williamson ! Mon Stella 18000 comptabilise 500 gros poissons en 2 mois et pas de problème en vue malgré le sable et l’acidité de l’eau. Il y a eu les tarpons, un poil moins gros qu’en automne, mais je réalise un joli triplé le jour de mon anniversaire. Le Shad Rap prouve, après de longues années, qu’il est encore un leurre inégalable. Mais l’année 2012 me réserve bien d’autres surprises...