L’hiver, le froid … la verticale (L.Vrignaud)

La verticale, est de loin la technique que je préfère  pour capturer nos chers carnassiers en hiver…. 

8h16, -6° les bords du lac sont gelés... Pas de « plan grand froid », je vais donc  braver ces conditions qui je dois vous l’avouer ne sont pas habituelles dans ma région. La passion est toujours plus forte que la raison...

Le levé du jour, le meilleur est à venir...

Rapidement je suis émerveillé par le paysage qui me semble figé et à la fois sublimé… Tout cela me fait littéralement oublié cette température négative. L’hiver est une période de l’année ou toute l’activité halieutique est au ralenti mais cela ne veut pas dire pour autant que les poissons, nos chers carnassiers ne se nourrissent pas. Ils vont préférer de plus grosses proies, tout en économisant leur énergie… Pour le pêcheur cela va se traduire en pêchant plus « gros » et plus lent.  De mon côté j’opte pour des leurres d’une taille minimale de 5’’... Quant à l’animation, elle reste aussi minimaliste.

Je dois vous avouer que très longtemps j’ai pêché en verticale uniquement avec des cannes spinning pour plusieurs raisons.  La prise en main de la canne en « porte-plume » me permet d’obtenir un bon équilibre, d’animer plus facilement mon leurre (avec le poignet), et me permet aussi d’avoir un ferrage moins appuyé. Mais ces avantages cachent  un inconvénient notamment quand il fait froid. Le fait d’avoir le bras plié et notre main à la hauteur de notre épaule, notre circulation sanguine est moins fluide et très vite nos doigts s’engourdissent... Tout se complique pour le pêcheur.

Cette année j’ai donc voulu tester l’utilisation de la canne casting en verticale. Le fait que le moulinet soit positionné à l’inverse du spinning nous fait vite oublier la tenue de la canne en porte-plume pour une tenue plus traditionnelle le long du corps. Dans ces conditions le froid nous parvient moins vite pour les raisons déjà évoquées ci-dessus. 

Utilisation d’une canne casting en verticale...

J’ai donc opté pour une  SHIMANO Poison ADRENA 166MH  Longueur 1.98cm, puissance 10-28g pour un poids plume de 110g. Il s’agit d’une canne haute gamme avec un carbone hyper raisonnant. Si toutes les techniques ne nécessitent pas un carbone haut module, il est primordial en verticale de bien ressentir les reliefs du fond, et bien sûr de pouvoir détecter la moindre attaque des carnassiers. J’ai équipé sur cette canne un moulinet SHIMANO Curado 201  doté d’une tresse TortueTR8 11/100. 

La Poison ADRENA possède toutes les dernières technologies SHIMANO, SPIRAL X, Carbone monocoque, porte moulinet CI4+, anneaux Fuji Sic en titane... De quoi lui permettre à la fois d’être très tactile et légère. 

L’utilisation d’un ensemble casting nous apporte aussi un confort non négligeable notamment grâce à l’utilisation de son moulinet débrayable. En effet lorsque l’on pêche en verticale notre montage doit toujours bien épouser les structures du fond et quand on doit rendre du fil afin de faire descendre notre leurre, une simple poussée sur la poignée de débrayage et l’on rend précisément tout en contrôlant sa descente, ce que l’on souhaite. A contrario en spinning cette opération est plus compliquée car il faudra ouvrir son pick-up.

 Poison Adrena, moulinet Curado …..

Je terminerais cette journée par quelques jolis sandres, mais surtout convaincu de l’utilisation d’une canne casting quand les conditions sont extrêmes …. 

Une jolie pêche malgré le froid ….

Halieutiquement

Laurent V